Eté corsé… Suite et fin

On continue avec un vrai coup de coeur pour moi,  une plante que j’ai attrapée par hasard pendant une rando, en pensant que c’était du thym… Raté, c’est un genre de menthe et ça s’appelle la nepita. De toutes petites feuilles, d’où ma confusion, mais une menthe qui dépote, très proche d’une menthe glaciale, j’imagine, donc, très chargée en menthol, cette molécule qui active non seulement nos récepteurs olfactifs, mais aussi nos capteurs froid/chaud qui nous donnent cette sensation de fraicheur… La glace à la nepita est un vrai délice quand il fait chaud (en fait, juste quelques feuilles dans un verre d’eau glacée, c’est divin aussi…)

IMG_2681

Nepita sauvage

Il y a aussi une lavande spécifique à la Corse qu’on trouve assez souvent. J’imagine qu’en fleur c’est assez joli, ça ressemble à la lavande dite « papillon » avec 2 petits pétales en haut de la fleur. L’odeur est sèche, aromatique, et coumarinée (c’est-à-dire qu’elle est proche d’une odeur de foin).

img_2676

Un peu sèche cette lavande… ça ne l’empêche pas de sentir divinement…

Enfin, je ne peux pas passer à côté de 3 arbres qui sont des bombes olfactives et omniprésents en Corse, bien qu’ils aient été importés, je crois.

Le figuier !!! Voici encore une plante que je sens souvent avant de la voir, tant son odeur envahit littéralement l’atmosphère ! Pour moi, l’odeur du figuier équivaut complètement à l’odeur de la chaleur. J’ai d’ailleurs abandonné l’idée d’en retrouver en parfum, ce ne sont pas les figuiers qui manquent, mais ils ne me satisfont jamais. Évidemment ! Je ne conçois pas de sentir un figuier sans être presque écrasée de chaleur, portant juste une petite robe d’été et des sandalettes. Cette odeur ne peut être découplée, selon moi, des sensations qui l’entourent, été, chaleur, soleil. Aucun parfum au monde n’a encore réussi à me donner chaud 🙂

14799322181_bd2a80e34e_k

(La photo n’est pas de moi)

Et puis il y a aussi sa majesté l’eucalyptus. Bizarrement, je l’associe moins à cette idée de chaleur, pourtant je le rencontre dans les mêmes circonstances que le figuier. Mais les notes camphrées, médicinales de l’eucalyptus se retrouvent peut-être davantage dans le quotidien, on les retrouve dans certains médicaments par exemple, ceci explique peut-être cela.

25580290303_0cbbf0ccf3_k

(Celle-ci non plus)

Enfin, le pin (parasol de préférence, pour citer Brassens… C’est le pin Laricio qui est endémique en Corse). Plus que l’odeur de la chaleur, je l’associe à l’odeur des étés en camping, mais ça, je vous en avais déjà parlé ici, alors, je ne me répète pas…

Le Pin Parasol

(Ni celle-ci)

Et vous, quelles odeurs vous ont séduits cet été ?

(Si vous avez raté la première partie… C’est par ici)

Publicités

A propos Carole

Blogueuse Olfaction(s)
Cet article a été publié dans Matières premières, Parfums de voyage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Eté corsé… Suite et fin

  1. Isabelle dit :

    Mes deux joies olfactives de l’été n’ont pas de rapport avec mes vacances, mais plutôt avecmes activités de jardinière/cuisinière : j’ai réussi à avoir un pied de coriandre vietnamienne (ou rau-ram, alias Persicaria odorata) et des graines de shiso, encore appelé « feuilles de sésame » bien que ce ne soit pas la même plante qui donne les graines, ici c’est Perilla frutescens. Je te laisse aller voir de quoi elles ont l’air, mais ce sont deux plantes dont le goût et l’odeur me ravissent, je suis bien contente d’avoir désormais ma propre production !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s