Été Corsé … 1

Je vous ai déjà dit que j’adore la Corse ?

Il y a quelques années, à l’époque où nous n’étions que 2, on avait randonné entre Propriano et Olmeto, le long du « Mare e Monti » (mer et montagne, donc) sud. De cette randonnée j’avais gardé un souvenir olfactif très fort, celui du champ d’immortelles à l’arrivée sur la plage. Le parfum de ces petites fleurs jaunes – c’était en juin- saturait littéralement l’atmosphère comme très peu de plantes arrivent à le faire.

8525041699_ca04be6834_o

Photo de Jérôme Thérond, faute d’immortelles en fleurs lors de mon séjour….

L’immortelle (ou Hélichryse, dites plutôt ça au nord de la Corse, si vous ne voulez pas vous faire refiler un machin poussiéreux et absolument inodore au Truffaut du coin), plante qui continue à embaumer une fois les fleurs fanées et séchées sur pied, comme c’est le cas fin juillet, a, semble-t’il, tout un tas de vertus, mais je laisserai d’autres experts en parler. Son odeur est pour moi assez emblématique de la Corse, où elle est omniprésente. Elle est très sèche, chaude, un peu poudrée, assez piquante / épicée (l’immortelle s’appelle aussi « plante à curry »). Il y a aussi un côté foin qui s’accentue quand on la sent dans l’environnement du maquis corse, car les autres plantes odorantes ont une odeur plus verte, ou plus profonde.

L’immortelle est présente à profusion dans un très beau parfum d’Annick Goutal qui s’appelle « Sables ». Un nom approprié car même si on trouve l’immortelle dans la montagne, elle est également très présente au plus près des plages, c’est souvent la dernière espèce qu’on rencontre avant le sable. Et son odeur chaude, qui rappelle un peu l’odeur de la peau chauffée au soleil, participe à l’ambiance des plages de Corse.

Cette année, on a randonné à 3, et la guide de notre petit groupe a eu l’excellente idée de faire faire un herbier aux enfants, herbier qui m’a tout autant (plus ?) intéressée que les mômes. Merci Lisa :-). Il faut dire qu’il y a quand même un truc fou en Corse, c’est que quand on attrape un bout de plante au pif dans la nature, on a environ une chance sur une, à peu près, que la plante en question sente quelque chose.

Paysage de la vallée du Fango près de Calvi

Une autre plante omniprésente dans le maquis, c’est le ciste. Curieusement, alors que l’odeur tirée du ciste, le labdanum, est extrêmement envahissante, la plante elle-même  n’embaume pas l’atmosphère, bien qu’elle parfume largement les doigts. L’odeur est donc très baumée, résineuse, presque camphrée aussi, il y a une petite facette médicinale.

Sur la photo, le ciste aux fleurs fanées, omniprésent (à gauche) donne sa couleur rouille à la nature environnante. A droite, les tiges vertes sont une plante dont on a parlé sur BT, l’inule visqueuse (elle non plus n’était pas en fleurs). L’inule a elle aussi une odeur bien à elle, proche de l’odeur des euphorbes, plus répandues en région parisienne. C’est pas ma tasse de thé, cette odeur m’écœure et je ne sais pas trop pourquoi, elle est verte mais assez grasse, assez proche d’une odeur de flétrissure, de chair qui se décompose, à mon nez.

Il y a aussi le myrte, qui lui non plus n’embaumait pas tant que ça l’atmosphère, mais sont l’odeur est par contre très plaisante à mon nez (par contre, la confiture à base de myrte est décevante, elle a assez peu de goût – essayez plutôt le vin de myrte :-)). Encore une odeur résineuse, mais aussi aromatique, un peu camphrée. Elle tire aussi vers les pinènes (odeur des pins).

Pas de fleurs non plus pour le myrte mais les baies sont présentes…

Un arbuste qui embaume presque autant que l’immortelle, bien qu’il diffuse moins loin, c’est le lentisque pistachier. Une vraie révélation pour moi, cette année, avec un petit clin d’œil à mon addiction aux parfums, puisque j’ai reconnu la plante d’après le parfum qui en a été tiré, et non l’inverse… En effet, la marque « Parfum d’Empire« , dont le parfumeur, Marc-Antoine Corticchiato, est d’origine Corse, a sorti un parfum qui s’appelle « Corsica Furiosa » dont l’inspiration principale est ce fameux lentisque. L’odeur de l’arbuste (ce sont les feuilles qui sentent, surtout) est assez étrange, très très verte – en fait, trop pour me plaire vraiment-, assez proche du galbanum, tout en étant plus abordable que ce dernier. Ce sent vraiment le vert, crissant, une odeur de sève de plante, c’est assez amer (un peu moins que le galbanum tout de même), ça « prend » bien le nez.

Lentisque pistachier

 À suivre…

Publicités

A propos Carole

Blogueuse Olfaction(s)
Cet article a été publié dans Matières premières, Parfums de voyage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Été Corsé … 1

  1. Isabelle dit :

    Merci pour ces belles photos !
    Tu verras, dans mon album BT, que j’ai un petit coin de Corse en pot chez moi. Il manque l’immortelle mais j’ai de la lavande sauvage. Et c’est l’inule qui pousse le mieux !

    J'aime

  2. fabrik117 dit :

    Alors là un autre surprise grâce au site de mon atelier d’Art… Quels paysages la corse en effet, et tu as réussis à donner envie d’évasion avec ce post.
    Encore Merci

    Laurent, Fabrik 117.

    J'aime

  3. Ping : Eté corsé… Suite et fin | Olfaction(s)

  4. Ping : Compte-rendu de la conférence Osmothèque sur le Tabac | Olfaction(s)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s