J.U.S : Parfum 2.0

J’étais vendredi soir et samedi au salon « Alternative » qui était consacré aux fragrances et à la beauté. J’ai envie de faire un zoom sur un concept qui m’a paru complètement nouveau, et très riche pour tout un tas de raisons.

Il s’agit du projet « J.U.S. » de la maison Aesthete.

Le premier concept qui m’a séduite, le principal à mes yeux, c’est la notion d’open source appliquée au parfum. L’open source, c’est à la base un concept informatique (quelqu’un de bien intentionné donne le code source d’un programme qu’il a développé, plutôt que de le vendre ; ainsi, d’autres personnes peuvent l’utiliser et l’améliorer). Mais c’est aussi, quelque part, une valeur, qui a dérivé dans pas mal de domaines différents: ainsi, aujourd’hui, on peut trouver des fab labs, en libre accès ou quasi, qui permettent aux particuliers de construire ce qu’ils veulent, par exemple avec des imprimantes 3D.

Et donc le principe de l’open source appliqué au parfum, c’est la première formule de parfum mise à disposition du particulier ou de qui veut la reprendre, la reproduire, ou jouer avec et l’améliorer. La formule en question n’est pas encore sur le site mais j’ai eu le droit de la prendre en photo, alors la voici :

formule JUS V2

Dans les faits, et pour le moment, la formule sera difficile à reproduire par l’amateur, du simple fait de l’indisponibilité de certaines matières premières dans la première boutique venue. Vous trouverez bien de l’HE de Basilic chez Aroma-zone, par exemple, mais la tonalide ou l’iso-E-super ne se trouvent pas sous le sabot du premier cheval venu. Il faut beaucoup de recherches, de contacts, de réseau, pour commencer à s’approvisionner en petites quantités en matières premières, et souvent ça vient de l’autre bout du monde (par exemple, on peut trouver de la tonalide ici).

Et, évidemment, toutes les absolues foin ne se valent pas non plus… Facteur de variabilité supplémentaire. Néanmoins, c’est la première fois que je vois une formule toute nue dévoilée aux yeux du public. Et je salue ceux qui ont osé !

Pour finir sur le parfum en open source, je ne crois pas trop me tromper (et j’espère de tout mon coeur) en disant que dans 10 ans nous aurons sur Paris un « fab lab parfumé » permettant aux particuliers de créer des parfums. C’est dans l’air du temps, je crois… Il y a une demande, certes limitée à quelques dizaines (centaines ?) de passionnés, mais elle existe, les réseaux se créent en ce moment.

Même si je considère les autres éléments du projets un peu moins importants, ils n’en sont pas moins également dans l’air du temps. Il s’agit, d’une part, d’éditions limitées pour les flacons, basées sur des achats de lots de flacons « vintages » chinés (et mon petit flacon de 42 millilitres… j’avoue, il a un énorme bouchon, mais il est trop mignon !!!), soit, finalement, un peu d’économie circulaire, de recyclage, de valorisation des anciens procédés. La personne rencontrée sur le stand m’indiquait qu’ils recherchent aussi activement des moules de flacons, carrément, pour relancer des productions de flacons sur base « vintage ». Ça me plait. Il y a aussi que le flacon est livré en verre brut, avec une proposition de montage « do it yourself » avec des ballons de baudruche. C’est original, c’est malin (j’ai pas encore fait le mien, je me tâte : ballon bleu ou ballon rouge ?), et c’est culotté.

gif-jus

Dernier point et pas le moindre, parce que c’est clairement un coup de cœur pour moi : oui quand même, il sent quoi ce « J.U.S. » ?

Eh bien, il sent les vacances à la campagne. Il sent, comme l’indique Céline Ellena dans sa présentation, les beaux jours, la route des vacances (mais pas l’odeur de gasoil, rassurez-vous), il sent ces moments-là où on est content de partir. Il y a une envolée citronnée très fraîche, un coup de pep’s, une note verte d’herbe, mais pas grinçante, et qui se prolonge naturellement par l’herbe qui a séché au soleil, ce foin qui est très présent sur ma peau et qui dure, qui dure… Si vous regardez la composition, c’est fou parce que le foin c’est 2% du poids de la formule, et pourtant, c’est cette impression hyper naturaliste qui ressort, c’est assez incroyable.

photo-1430820937738-073612cc4c7e

C’est un parfum juste, un parfum de bonheur, un parfum dans lequel on se sent bien.

Et ce qui est encore plus drôle, à mon sens, c’est qu’on a un concept très nouveau, qui fait écho à pas mal d’idées très nouvelles, mais dans un flacon ancien, avec dedans un jus qui est vraiment intemporel, et qui parlera probablement à beaucoup de gens. Belle mécanique.

Encore un fois je me laisse embarquer par la magie de Céline Ellena. Allez voir son blog, aussi, c’est une pure merveille…

  • Marque : Aesthète
  • Nez : Céline Ellena
  • Date de sortie : 2016

Quelques liens :

Publicités

A propos Carole

Blogueuse Olfaction(s)
Cet article, publié dans Avis parfums, Matières premières, Recherches, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s