De la joaillerie et des parfums

Oulà, je le sens, vous êtes en train de vous dire, ça y est, elle va nous parler des parfums de Durbano. Raté ! D’une, je ne les connais pas vraiment assez, et de deux, les partis pris de cette marque sont liés plutôt aux coloris et aux légendes autour des pierres (Améthyste, Tourmaline etc…)  alors que ce qui m’intéresse, moi, c’est plutôt l’analogie entre les techniques des unes et des autres…

Je vous sens perplexes. Faut pas 😀 (mais je vous préviens, je vous ai pondu un pavé, cette fois. C’est que les pierres, j’aime ça…)

L’analogie entre les jolis cailloux et les parfums m’aide à appréhender les matières premières un peu compliquées à apprivoiser, alors je vous livre la mienne, elle est très personnelle, mais votre avis m’intéresse !

La taille / les aldéhydes

D’abord, parlons des aldéhydes, tiens. Ça sent quoi les aldéhydes ? En dehors d’une composition parfumée, tout seul, ça sent… Bizarre. Certains disent : le fer à repasser chaud. La bougie qui brûle. Ca pique le nez. Ca vous donne envie ? Ca vous parle de n° 5 ? Pas à moi.

Sous l’angle de la joaillerie, j’associe les aldéhydes à la taille de la pierre (pour le coup, j’ai rien inventé, je l’ai entendu quelque part et ça m’a tout de suite parlé). Prenez un diamant brut. Et un diamant taillé :

diamant

La différence saute aux yeux, bon, ok, c’est l’exemple un peu trop parfait pour être honnête. Si on fait plus exotique :

aigue-marineAigue-marine brute et taillée (Photos blog cailloux-shop).

Dans les deux cas, la taille permet à la pierre de révéler le plein potentiel de sa beauté, et le facettage donne un éclat différent suivant l’angle de vue. Les aldéhydes font de la même manière scintiller un bouquet floral, sans vraiment le dénaturer. Il y a vraiment cette idée de scintillance dans les aldéhydes.

On pourrait pousser l’analogie et aller associer des types de taille à certains aldéhydes, j’aimerais bien le faire, mais je connais pas assez les aldéhydes pour cela. Dès que je progresse, je vous en reparle, c’est promis.

forme-diamants

(les différentes tailles de diam’s, photo issue du blog http://blog.diamant-gems.com/)

Notez bien que j’adore les pierres semi-précieuses à l’état natif, c’est-à-dire, non taillées. Un diamant brut, c’est vilain, mais un beau béryl comme l’aigue-marine ci-dessus, ou encore mieux une fluorite, pas besoin de taille pour en reconnaître la beauté (et ça impressionne que la nature soit capable de ce genre de trucs, non ?). De la même façon, il n’y a pas toujours besoin d’aldéhydes pour rehausser un beau parfum. CQFD.

4343685803_699da8083f_b

Des fluorites à l’état natif = non taillées.

La chatoyance / les notes de fonds et les muscs

Il y a quelque chose d’autre que j’aime beaucoup dans les pierres précieuses, c’est les effets de chatoyance. Là, les photos ne rendront pas grand-chose, puisque c’est typiquement le fait de faire bouger la pierre qui modifie la façon dont elle reflète la lumière ; autrement dit, les couleurs changent en fonction de l’angle de vue. L’œil-de-tigre, en particulier, est une très belle pierre chatoyante, avec un effet soyeux très joli. La pierre-de-lune, aussi :

SONY DSC

Dans le même ordre d’idée, mais encore plus fort, l’opalescence, ce sont des irisations internes surtout présentes dans les opales, et c’est juste magnifique.

62cts_Brazilian_Crystal_Opal

Pour moi ces « effets de texture » internes à certaines pierres sont à rapprocher des muscs en parfumerie. Ces notes de fond ne servent pas qu’à laisser un sillage parfumé pendant des heures sur la peau ! Elles sont présentes dès le début, et pour moi ce sont quasi toujours celles qui donnent de la texture au parfum. Prenez Neroli Portofino par exemple. Qu’est-ce qui rend ce parfum si différent à mon nez d’autres colognes ? L’effet musqué et ambré qu’on sent dès le début, qui se mélange aux notes hespéridées, et qui les « tient » avec ses petits bras musclés sans se lasser.

Les muscs, c’est un peu comme les aldéhydes, c’est difficile à imaginer tout seul, et même quand on les sent seuls, ça ne nous dit pas forcément ce que ça rend dans une composition. Je ne vais pas me répéter car j’en avais déjà parlé dans ce billet, mais les muscs, pour moi, rendent les parfums chatoyants, c’est-à-dire, quelque peu étonnants au porter car ils vous rappellent brusquement le parfum aux narines au détour d’un mouvement, comme la chatoyance d’une pierre vous apparaît quand vous bougez la main qui la porte. Les IUNX sont assez typiques de ce phénomène, je trouve.

L’éclat / la qualité de la composition

Pour finir, je voulais aussi parler de l’éclat des pierres. À taille égale, un saphir (même incolore, ça existe) n’est pas équivalent à un diamant, et c’est avant tout une question d’éclat, c’est-à-dire la capacité des surfaces taillées ou polies de la pierre à renvoyer la lumière. Je le vérifie tous les jours sur mon alliance (jouez donc à trouver le diamant parmi les saphirs) :

Il est relativement facile de s’accorder sur l’éclat d’une pierre précieuse. Il existe des classements assez universels : éclat adamantin – celui du diamant-, vitreux – celui du verre, mais aussi des saphirs et rubis, gras – celui des perles… En revanche, j’associe l’éclat de la pierre à la qualité de la composition du parfum, et là, on est complètement  dans le subjectif, je vous l’accorde. Même si on peut s’accorder sur quelques « diamants » de la parfumerie…

Voilà, je vous ai livré mes impressions, je compte sur vos réactions pour enrichir la réflexion !

Publicités

A propos Carole

Blogueuse Olfaction(s)
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour De la joaillerie et des parfums

  1. fabrik117 dit :

    Voila un bel article, et c’est pour tout ça que je suis graveur sur pierres dures 😉

    J'aime

  2. Ping : N° 5, l’Eau – Jasmin de peau | Olfaction(s)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s