Odeurs croisées : Vétiver Fatal & Vétiver Tonka

Mon idée du vétiver tourne autour de ces deux-là depuis longtemps. Je dis « mon idée » parce que le vétiver pur ne ressemble pas vraiment ni à l’un ni à l’autre, il est bien plus racine, terreux, boisé. Ces vétivers-là sont plus aériens, très hespéridés en tête et coeur, et me semble donc plus féminins. Il y a un aussi vétiver un peu similaire dans Flashback d’Olfactive Studio, que j’aime beaucoup aussi et sur lequel je ferai probablement un billet séparé ; mais si Flashback enrobe le vétiver dans une compo assez facettée, Vétiver Tonka et Vétiver Fatal sont bien plus centrés à mon nez autour de la matière qui leur donne leur nom.

Dans mon imaginaire il y a trois types d’odeurs vertes.

  • La première c’est l’odeur de l’herbe coupée, qu’on retrouve aussi dans les fleurs de printemps type jacinthe, lilas. Dans les compositions parfumées, c’est le galbanum qui est souvent cité pour donner cet effet. Ce vert, je le visualise tirant vers le jaune, et ce n’est pas mon préféré car il a un côté un peu gras (pensez à l’herbe coupée…).
  • A l’autre extrémité de mon spectre des odeurs vertes, il y a les odeurs de mousse, la géosmine, les verts très boisés et que je visualise assez sombres, comme le patchouli.
  • Entre les deux, on a une merveille d’équilibre qui est un vert vif, en plein milieu de la palette des verts, dont la tête de pont est donc le vétiver. Dans les odeurs vertes c’est sans aucun doute ma famille préférée. Ça reste pointu, joyeux, ce n’est pas enveloppant comme un patchouli, et la palette des possibles me parait infinie…

Au poignet gauche, nous avons donc Vétiver Fatal. Beaucoup d’agrumes jouissifs en tête, probablement un pamplemousse dont on dit qu’il se marie très bien avec le vétiver.  Il faut reconnaître que les notes de tête d’Atelier Cologne ont très souvent un effet « whaoouu !!! ». Celui-ci ne manque pas à l’appel. Ajoutez une petite blancheur lactée au milieu de tout ça qui prend progressivement de l’ampleur : il y a du figuier là-dedans… Pas le figuier chauffé en plein soleil dans le mas de ma marraine (ça c’est un must <3, mais malheureusement je n’ai pas trouvé son équivalent parfumé), plutôt la feuille qu’on vient d’arracher et qui exsude goutte à goutte sa sève blanche… Cette rondeur lactée mais néanmoins légèrement acide enveloppe à merveille le vétiver mais en lui donnant une texture moins herbeuse et plus crémeuse, tout en restant fraîche. Le fonds prend du coup un côté musqué-peau qui arrondit l’ensemble sans le chauffer : pour moi, vraiment un parfum qui rafraîchit quand il fait chaud ! En hiver il me parait moins intéressant.

Du côté de Vétiver Tonka, poignet droit, on est plus dans la chaleur. Dès le début, en comparaison avec le précédent, on ajoute plutôt aux notes de vétiver / agrumes des notes craquantes de bois un peu sec, limite fumé. Il est un peu plus hautain, de ce fait, que Vétiver Fatal, un peu plus golden boy (je trouve que le vétiver est un matériau assez distingué dans son genre !), un peu plus minéral aussi. Ce n’est pas forcément une surprise quand on sait que Vétiver Tonka a été l’un des essais qui ont amené à Terre, le best-seller de la maison. Prototype probablement un peu trop abouti, un peu trop différenciant, d’où sa place dans la collection des Hermessences. A l’évolution, le côté boisé sec est de plus en plus « craquant » vers les notes plus gourmandes de la tonka, un peu caramélisées.

Je souligne les différences entre les deux parfums, mais ne vous y trompez pas, elles sont tout de même ténues. Le fil conducteur reste ce vétiver léger et aérien, peu terreux, si rafraîchissant à mon goût ! Et facile à porter par une femme.

Dans cette famille proche, il en est un 3e que je n’approfondis pas ici car le le connais assez mal : Bal d’Afrique de Byredo. Si vous aimez le genre, il faut sentir les trois avant de vous décider…

Vétiver Fatal

  • Marque : Atelier Cologne
  • Nez :  Jérôme Epinette
  • Date de sortie : 2012

Vétiver Tonka

  • Marque : Hermès (ligne des Hermessences)
  • Nez :  Jean-Claude Ellena
  • Date de sortie : 2004
Publicités

A propos Carole

Blogueuse Olfaction(s)
Cet article, publié dans Avis parfums, Odeurs croisées, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s